Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le locataire était de bonne foi

Le bailleur d'un bail commercial demandait le constat de la résiliation du bail au motifs que le locataire n’avait pas justifié après la délivrance d'un commandement, dans le délai d'un mois, de la souscription d'un contrat d'assurance.

 

La Cour de Cassation juge que cela ne pouvait être accepté, en considération du fait que la souscription de longue date de l'assurance était connue du bailleur et que la simple justification de cette souscription dans le délaid'un mois ne pouvait entraîner la résiliation du bail.

"Vu l'article 1134 du Code civil ;

Attendu que pour constater, en application d'une clause résolutoire, la résiliation du bail commercial consenti par Mme Y... à Mme X..., l'arrêt attaqué (Chambéry, 18 novembre 1986) retient que rien ne démontre que l'attestation d'assurances ait été reçue par Mme Y... avant l'expiration du délai imparti par le commandement d'avoir à justifier d'un contrat d'assurance ;

Qu'en statuant ainsi, tout en constatant qu'il était établi que Mme X... était assurée pour les risques locatifs par une police souscrite en 1971 et toujours en cours, constatation dont il résultait que la locataire exécutait de bonne foi ses obligations à cet égard, la cour d'appel a violé le texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l'arrêt rendu le 18 novembre 1986, entre les parties, par la cour d'appel de Chambéry ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Grenoble".

Consulter mon profil Avocat.fr

Les commentaires sont fermés.